Discussion:
Hommes grands, femmes petites
(trop ancien pour répondre)
armando
2017-01-22 20:49:22 UTC
Permalink
Raw Message
Pas si "naturel" que ça...

https://clio.revues.org/11364
siger
2017-01-22 20:52:25 UTC
Permalink
Raw Message
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Ça reste de la sélection naturelle.
Selakelos
2017-01-23 11:32:56 UTC
Permalink
Raw Message
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Chez tous les mammifères au moins, le mâle est en moyenne plus grand et
plus fort que la femelle. Ou alors s'il y a des exceptions, il faudrait
les citer, ça permettrait de comprendre les mécanismes en jeu.

Alors quand on met la différence de taille homme/femme sur le compte de
la culture, les gens rient.
jc_lavau
2017-01-24 09:09:42 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Selakelos
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Chez tous les mammifères au moins, le mâle est en moyenne plus grand et
plus fort que la femelle. Ou alors s'il y a des exceptions, il faudrait
les citer, ça permettrait de comprendre les mécanismes en jeu.
Alors quand on met la différence de taille homme/femme sur le compte de
la culture, les gens rient.
Cette différence de taille est particulièrement remarquable chez les
éléphants de mer.
Chez les accipitridés, notamment les éperviers, les autours et les
busards, c'est l'inverse : la femelle est notablement plus grande,
domine, et arrache au mâle toutes les proies qu'il ramène au nid.

Chez les anacondas aussi, la femelle est beaucoup plus grande.

Mais bon, notre lignée s'est séparée de celles-là voici 310-312
millions d'années, et la répartition des chromosomes sexuels est
entièrement différente de nos jours entre synapsides et diapsides.

Pour justifier sa thèse misandre victimaire, Françoise Héritier invoque
le principe de l'hérédité des caractères acquis. Cette imposteuse
institutionnelle officie au Collège de France.

Chez des arthropodes aussi, il arrive que le petit mâle serve de repas
à la femelle. Comme dans nos tribunaux du Féministan judiciaire.
--
http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Physique/Microphysique_contee.pdf
http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Physique/4e_couverture.pdf
http://deontologic.org/quantic
Selakelos
2017-01-24 11:58:33 UTC
Permalink
Raw Message
Post by jc_lavau
Post by Selakelos
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Chez tous les mammifères au moins, le mâle est en moyenne plus grand et
plus fort que la femelle. Ou alors s'il y a des exceptions, il faudrait
les citer, ça permettrait de comprendre les mécanismes en jeu.
Alors quand on met la différence de taille homme/femme sur le compte de
la culture, les gens rient.
Cette différence de taille est particulièrement remarquable chez les
éléphants de mer.
Chez les accipitridés, notamment les éperviers, les autours et les
busards, c'est l'inverse : la femelle est notablement plus grande,
domine, et arrache au mâle toutes les proies qu'il ramène au nid.
Chez les anacondas aussi, la femelle est beaucoup plus grande.
Mais bon, notre lignée s'est séparée de celles-là voici 310-312
millions d'années, et la répartition des chromosomes sexuels est
entièrement différente de nos jours entre synapsides et diapsides.
Pour justifier sa thèse misandre victimaire, Françoise Héritier invoque
le principe de l'hérédité des caractères acquis. Cette imposteuse
institutionnelle officie au Collège de France.
L’anthropologie n'est pas une science. Essayer de faire croire le
contraire est déjà une imposture.
Post by jc_lavau
Chez des arthropodes aussi, il arrive que le petit mâle serve de repas
à la femelle. Comme dans nos tribunaux du Féministan judiciaire.
J'ai bien parlé des mammifères, cette classe à laquelle nous
appartenons.


Voir page 1:
http://semaphore.uqar.ca/252/1/Aurelie_Renard_juin2008.pdf


Le dimorphisme sexuel est une différenciation de taille, forme,
coloration ou ornementation entre les mâles et les femelles de la même
espèce (Jarman 1983, Fairbairn 1997). Chez la plupart des espèces
animales, surtout chez les invertébrés et les vertébrés poïkilothermes
(e.g. araignées, insectes, poissons, amphibiens, reptiles), les
femelles sont généralement plus grandes que les mâles (RaIls 1976,
Ranta et al. 1994, Schwarzkopf 2005). *Chez les mammifères le
dimorphisme sexuel en faveur des mâles prédomine* (Trivers 1972, Ralls
1977, Alexander et al. 1979, Jarman 1983). En général, le dimorphisme
sexuel favorisant les mâles augmente avec la taille corporelle (F
airbairn 1997, Aboudheif et Fairbairn 1997, Weckerly 1998, Smith et
Cheverud 2002). Le plus grand
dimorphisme de masse est atteint chez les familles de Elephantidae,
Macropodidae, Mustelidae, l'ordre des Primates et les sous ordres
Ruminantia et Pinnipedia (Ralls 1977, Alexander et al. 1979, Fairbairn
1997, Weckerly 1998). Les différences sexuelles de taille sont *plus
grandes chez les Otaridae que chez tous les autres mammifères*, avec
les mâles atteignant jusqu' à cinq fois la taille des femelles
(Weckerly 1998).


La suite aussi est intéressante.
siger
2017-01-24 20:26:11 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Selakelos
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Chez tous les mammifères au moins, le mâle est en moyenne plus grand et
plus fort que la femelle. Ou alors s'il y a des exceptions, il faudrait
les citer, ça permettrait de comprendre les mécanismes en jeu.
Alors quand on met la différence de taille homme/femme sur le compte de
la culture, les gens rient.
Je ris de vous lire.
La culture induit des phénomènes physiologiques, et finalement c'est
d'eux dont il est question.
armando
2017-01-25 03:05:34 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Selakelos
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Chez tous les mammifères au moins, le mâle est en moyenne plus grand et
plus fort que la femelle. Ou alors s'il y a des exceptions, il faudrait
les citer, ça permettrait de comprendre les mécanismes en jeu.
Vous n'avez pas lu l'article, vous non plus ?
jc_lavau
2017-01-25 09:09:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by armando
Post by Selakelos
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Chez tous les mammifères au moins, le mâle est en moyenne plus grand et
plus fort que la femelle. Ou alors s'il y a des exceptions, il faudrait
les citer, ça permettrait de comprendre les mécanismes en jeu.
Vous n'avez pas lu l'article, vous non plus ?
C'est la même ineptie que celle enseignée par Françoise Héritier :
l'hérédité des caractères acquis. Le misandrisme victimaire autorise
tout. Surtout l'imposture...
--
Né dans le sérail misandre victimaire, j'en connais les turpitudes.
Les morts ne témoignent pas. Moi si, jusqu'à présent. Et cela, les
imposteurs et les tortionnaires ne me le pardonneront jamais. Les
imposteuses tortionnaires notamment.
Selakelos
2017-01-25 09:15:00 UTC
Permalink
Raw Message
Post by armando
Post by Selakelos
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Chez tous les mammifères au moins, le mâle est en moyenne plus grand et
plus fort que la femelle. Ou alors s'il y a des exceptions, il faudrait
les citer, ça permettrait de comprendre les mécanismes en jeu.
Vous n'avez pas lu l'article, vous non plus ?
Si, moi je l'ai lu.
Le "non plus" est seulement un aveu de votre part.
jc_lavau
2017-01-24 09:19:09 UTC
Permalink
Raw Message
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
De même, la propagande véhiculée par Slate hurle qu'après le triomphe
du misandrisme victimaire, osez le misandrisme triomphal. Osez ! Le
risque est nul ! Nos médias du Féministan et nos tribunaux du
Féministan vous couvrent !
http://debats.aristeides.info/index.php?option=com_content&view=article&id=169:apres-le-triomphe-du-misandrisme-victimaire-osez-le-misandrisme-triomphal-&catid=28:exemples-de-dloyauts&Itemid=2
--
http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Physique/Microphysique_contee.pdf
http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Physique/4e_couverture.pdf
http://deontologic.org/quantic
Olive
2017-01-24 19:49:11 UTC
Permalink
Raw Message
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible, allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Alabenne
2017-01-24 20:13:59 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olive
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible, allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
les éléphants ne mangent pas de viande : ils sont très grands et très
costauds.
--
A E U S C !
Selakelos
2017-01-24 20:23:41 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Alabenne
les éléphants ne mangent pas de viande
C'est ue idée diffusée par le lobby des végétariens.
Si ça se trouve, les éléphants mangent de la viande en cachette.
siger
2017-01-24 20:30:09 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Alabenne
Post by Olive
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible
Déjà ? vous prenez le problème à l'envers.
Post by Alabenne
Post by Olive
Q allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
Il y a un trou énorme dans votre raisonnement : celui qui dit que la
viande fait grandir.
Post by Alabenne
les éléphants ne mangent pas de viande : ils sont très grands et très
costauds.
Les boeufs, bisons, gorilles, etc.
Les belettes...
armando
2017-01-25 03:08:11 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olive
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible, allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
Je vois que vous en savez plus que les scientifiques qui ont sorti cette
étude.
Où peut-on lire vos articles ?
Post by Olive
Post by armando
Pas si "naturel" que ça...
https://clio.revues.org/11364
Selakelos
2017-01-25 09:16:41 UTC
Permalink
Raw Message
Post by armando
Post by Olive
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible, allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
Je vois que vous en savez plus que les scientifiques qui ont sorti cette
étude.
Quelle étude scientifique ?

Vous avez seulement indiqué un article généraliste.

Décidément, vous tenez à faire savoir que vous ne l'avez pas lu.
armando
2017-01-25 16:32:35 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Selakelos
Vous avez seulement indiqué un article généraliste.
J'ai fourni un lien vers l'abstract d'un livre.
Et je constate que ce livre était inutile; Olive a une autre théorie qui
tient en deux lignes.
Selakelos
2017-01-25 12:13:16 UTC
Permalink
Raw Message
Post by armando
Post by Olive
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible, allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
Je vois que vous en savez plus que les scientifiques qui ont sorti cette
étude.
Il s'agit donc d'un argument d'autorité d'une parfaite vacuité.

Lisez l'article que vous proposez vous-même, bordel.

"Ce n’est que tout récemment que l’analyse isotopique des ossements a
commencé à éclairer les usages alimentaires de la préhistoire, mais
elle ne peut encore nous dire si l’on doit imputer le dimorphisme
humain à [coller ici votre théorie préférée]".


Donc la théorie préférée de Priscilla Machin ne tient pas davantage que
celle d'Olive, de votre facteur ou de votre concierge.

Et comme les ossements d'hommes préhistoriques sont rarissimes, il est
impossible de mener des études statistiques sérieuses.

L'analyse des dimorphismes sur l'ensemble des milliers d'espèces de
mammifères semble bien plus judicieuse.
armando
2017-01-25 16:35:57 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Selakelos
Post by armando
Post by Olive
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible, allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
Je vois que vous en savez plus que les scientifiques qui ont sorti cette
étude.
comme les ossements d'hommes préhistoriques sont rarissimes, il est
impossible de mener des études statistiques sérieuses.
C'est à se demander pourquoi ces chercheurs cherchent encore; ils ont
juste à demander à Olive qui, malgré cette impossibilité, sait...
jc_lavau
2017-01-25 09:04:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olive
du point de vue anthropologique, l'homme a toujours chassé la bête
sauvage, alors que la femme, plus faible, allait cueillir et ramasser.
La conséquence est simple: l'homme mangeait de la viande, alors que la
femme mangeait des graines. Après quelques millénaires, ceux qui
mangeaient la viande devenaient plus grands que ceux qui mangeaient des
graines
Tu fais un concours de sottise contre Françoise Héritier ?
Suspense !
--
Né dans le sérail misandre victimaire, j'en connais les turpitudes.
Les morts ne témoignent pas. Moi si, jusqu'à présent. Et cela, les
imposteurs et les tortionnaires ne me le pardonneront jamais. Les
imposteuses tortionnaires notamment.
Loading...